Vie épanouie

Module 2 – Reprendre son pouvoir

Voici quelques histoires fascinantes tirées de ma pratique de coaching. Comme vous pouvez l’imaginer, de nombreuses personnes défilent chaque année dans mon bureau, chacune ayant sa propre histoire et sa situation spécifique. Pourtant à travers les années et au fil des rencontres, j’ai constaté que souvent ces histoires se ressemblent et que la trame de fond est identique. Et dans tous les cas, la clé vers un plus grand bien-être a été de reprendre son pouvoir personnel. L’une de ces histoires est celle de Lucie, une de mes clientes en coaching d’affaires. 


Illustration of Different Bird Doodles Design ElementsLucie est une femme brillante, débrouillarde et pétillante, toujours prête à aider et donner un coup de main. Il y a quelques années, beaucoup de personnes de son entourage la sollicitaient pour toutes sortes de choses. Et Lucie, avec son grand cœur, ne refusait jamais rien à personne… jusqu’au jour où son entreprise qui représente son gagne-pain a été sur le point de fermer ses portes. À force de tant donner aux autres, Lucie s’est épuisée et ses activités professionnelles sont passées au second plan. 


oiseauCette histoire est semblable à celle de Marie-Ève. Mère de trois enfants et responsable d’un service de garde en milieu familial, elle courait sans arrêt pour concilier chacun des volets de sa vie. Elle voulait tellement offrir le meilleur d’elle-même à chaque personne, que ce soit ses enfants, son conjoint, ou les petits fréquentant sa garderie… Elle arrivait à maintenir vaillamment le cap, mais pourtant elle manifestait des symptômes de stress élevé et d’épuisement.


Tant dans le cas de Lucie que celui de Marie-Ève, le constat en coaching a été identique: « Si je me trouve dans cette situation, ce n’est pas la faute des autres. Ma propre façon de réagir aux circonstances, mes croyances et les actions que j’accepte de poser sont seules responsables de m’avoir menée là où je suis. Même si certaines décisions sont plus difficiles à prendre que d’autres, j’ai toujours le choix. » 

Lucie croyait jusqu’alors de ne pas avoir d’autre choix que celui d’être serviable, car sinon, son comportement serait considéré comme égoïste et mal vu des autres. Elle a finalement réalisé que cette croyance à laquelle elle adhérait était la raison pour laquelle elle se retrouvait maintenant en si mauvaise posture… Elle devait donc adopter une nouvelle façon de penser pour lui permettre de prioriser sa propre survie financière. Ainsi, même si dire oui à tout était beaucoup plus facile, elle a tout de même choisi de dire non à ce qui nuisait à son entreprise. 

Pour Marie-Ève, le changement de cap a découlé d’une prise de conscience. Elle a toujours cru qu’elle devait être performante car les autres avaient de grandes attentes envers elle… alors qu’en fait, c’est elle-même qui s’était imposé ces limites. Personne ne l’obligeait à être aussi performante. Marie-Ève a donc réévalué à la baisse ses propres attentes par rapport à ses rôles de mère, de conjointe et d’éducatrice. En conséquence, son niveau de stress a considérablement diminué. Au départ, elle s’inquiétait beaucoup du fait que son entourage ou que les parents des enfants fréquentant le service de garde puissent se sentir lésés ou déçus. Mais c’est l’effet inverse qui s’est produit. Beaucoup plus détendue et joyeuse, Marie-Ève a finalement révélé sa vraie personnalité. Plutôt que de faire ce qu’il faut, elle fait maintenant ce qui compte vraiment. Plutôt que d’être «performante», elle est devenue «présente».  

« Page précédente